Nos tutelles

CNRS

Rechercher




Accueil > Publications > Revue des études slaves > Sommaires et résumés > RES 90-4 (2019)

Résumés

par Astrid Mazabraud - publié le

BELIAKOV Vladimir

Les verbes exprimant la manière de parler en russe

La visée première du présent travail est une contribution à l’analyse descriptive de la notion de manière. Certains linguistes considèrent la manière comme une catégorie ontologique universelle a priori indécomposable.
Dans notre étude, nous tentons de dégager les paramètres de l’expression de la manière dans la langue par une étude des marqueurs lexicaux, en l’occurrence, des verbes exprimant la manière de parler en russe afin de démontrer que la manière, codée dans le sens de ces verbes est décomposable en traits sémantiques élémentaires, tels que attitude du locuteur, articulation, prolixité, intensitè, caractère discret/ manifeste, vitesse, concision, etc., dont le nombre est fini. D’une part, ces traits permettent de délimiter une classe de verbes particulière et, d’autre part, ils servent à mettre en évidence des différences entre les verbes analysés.

Verbs expressing the “manner of speaking” in Russian

The main objective of this paper is to contribute to the analytical description of the concept of “manner”. Some linguists consider the “manner” as a universal ontological category, as such impossible to break down.
In our study, we attempt to delineate the class of verbs expressing manner of speech by highlighting the semantic features that activate the manner component in their meaning. Our aim is to show that at the lexical level, the concept of manner is made up of a small finite set of primary semantic parameters, such as attitude of the speaker, articulation, prolixity, intensity, discrete/ outspoken character, speed, conciseness, etc…These parameters allow us to delineate a specific class of verbs as well as to highlight the differences between the verbs analysed within the category.


CHMURSKI Mateusz

Une trop bruyante intimité ? Kronos de Witold Gombrowicz et sa réception polonaise

L’article propose une analyse de la réception de Kronos de Witold Gombrowicz dans la presse polonaise avec l’aide du traitement informatique de données. Publié en 2013, le texte a été un événement littéraire marquant : en parallèle au journal de Gombrowicz apparut une sorte de chronologie personnelle problématique par son absence relative de « littérarité » : Gombrowicz y condense en effet les données relatives à ses aventures sexuelles, son état de santé, ses comptes et projets de carrière. La réception permet de montrer les dynamiques à l’œuvre dans la critique polonaise d’après 1989, polarisée entre une critique prônant un canon nationaliste exclusif et un contre-engagement libéral et progressiste s’étant développé ces dernières années. Pour mettre en valeur ce rôle de révélateur, un dispositif d’analyse quantitative et qualitative montre certaines dissymétries dans l’approche du texte par les critiques, offrant la possibilité de modélisations futures d’un corpus plus large.

Intimacy gone too loud ? How Polish literary critics received Kronos from Witold Gombrowicz

This article analyses the reception of Witold Gombrowicz’s Kronos in the Polish press, with the help of digital data processing. The publication of this text in 2013 was a significant literary event : in parallel with Gombrowicz’s diary, the text reveals elements of his personal chronology, that are problematic in their relative lack of “literacity” : Gombrowicz includes data relating to his sexual adventures, his health, his finances and career plans. The way the text was received shows the dynamics at work in post-1989 Polish literary critics : the polarization between critics advocating for an exclusive nationalist canon and a recent and developing current promoting liberal and progressive counter-commitment. To highlight this revelation role, a method including quantitative and qualitative analysis showcases some dissymmetries in the way different critics approach the text, paving the way for future modeling of a larger body of work.


GARNCARZYK Dimitri

Les règles de l’art, le poète et le mathématicien. L’esthétique normative de F. X. Dmochowski et J. Śniadecki

Si, depuis l’époque romantique, l’idée des « règles de l’art » connaît un grand discrédit, cela n’a pas toujours été le cas. F. X. Dmochowski et J. Śniadecki ont ainsi eu l’occasion de théoriser, dans le cadre du classicisme polonais, ce qu’ils estiment être les bienfaits des règles de l’art. À travers un commentaire historique et conceptuel de quelques-uns de leurs textes théoriques, il s’agit dans cette étude de préciser les enjeux culturels, voire politiques, de leur défense du normativisme esthétique. Pour ce faire, on formulera un certain nombre de leurs idées dans une perspective analytique, en puisant à la fois dans l’héritage philosophique du xviiie siècle (la philosophie de Thomas Reid), la tradition philosophique médio-européenne et le réalisme esthétique de Roger Pouivet. On propose, à l’issu du commentaire, quelques pistes permettant de tirer profit de l’apport des classiques polonais dans les débats esthétiques contemporains.

About Rules in Art, the Poet and the Mathematician. About Franciszek Xawery Dmochowski’s and Jan Śniadecki’s Aesthetic Normativism

Since the Romantic period, the notion of “rules in art” has been discredited, but this hasn’t always been the case. Franciszek Xawery Dmochowski and Jan Śniadecki, both part of the Polish classicism, thought that subjecting art to rules was, on the whole, a good thing. Through a historical and conceptual analysis of a selection of their works in the field of aesthetics, this study aims to provide a better understanding of the cultural and political grounds of their defense of esthetic normativism. To achieve this, the author formulates some of their key ideas in a deliberately analytical perspective, drawing on 18th century philosophical heritage (Thomas Reid’s philosophy), Central Europe philosophical tradition and Roger Pouivet’s aesthetic realism. This commentary concludes with some prospective remarks, highlighting the relevance of Polish classicists’ ideas to contemporary aesthetic debates.


PANTINA Marina

Publier Joseph de Maistre en URSS dans les années 1930 : le sort des projets de Grigorij Gukovskij et d’Andrej Šebunin (d’après les archives de Literaturnoe nasledstvo)

L’article retrace l’histoire de la publication de deux articles sur Joseph de Maistre, parus sous des pseudonymes à la fin des années 1930 en URSS, dans un volume de la collection Literaturnoe nasledstvo. La correspondance inédite des éditions LN avec Grigorij Gukovskij et Andrej Šebunin, les deux chercheurs qui ont successivement travaillé à ces articles met bien en évidence les difficultés rencontrées par ce projet, dues essentiellement au durcissement du climat idéologique et à la répression qui frappe Andrej Šebunin.

Publishing Joseph de Maistre in the USSR in the 1930’s : the fate of Grigorii Gukovskii’s and Andreï Shebunin’s projects (based on the archives of Literaturnoe nasledstvo)

In this article, we relate the history of two articles about Joseph de Maistre, published in the USSR in the late 1930’s by the “Literaturnoe nasledstvo” collection. The study is based on the unpublished correspondence between the LN publisher and Grigorij Gukovskij and Andrej Šebunin, the two scholars who worked extensively on the subject. It highlights the difficulties the project faced, mainly due to the hardening of the ideological and political context and to the repression against Andrej Šebunin.


RODAK Paweł

Les journaux d’Edward Stachura : à la frontière de la vie et de la littérature

L’article propose une analyse de la vie et l’œuvre d’Edward Stachura (1937-1979) à travers le modèle transgressif proche du modèle « beatnik ». Dans le cas de Stachura, comme dans le cas des beatniks, la transgression se produit simultanément à plusieurs niveaux : dans la vie, dans les pratiques d’écriture, dans le processus créatif, dans la littérature. Finalement, en rapprochant constamment la vie et l’écriture, Stachura atteint les frontières de la littérature dont le mode d’existence est le livre imprimé. C’est ce qui se voit le mieux dans ses journaux personnels (du moins, dans leur version manuscrite originale constituée de 27 à 28 cahiers). L’article montre plusieurs fonctions des journaux de Stachura, dont leur caractère auto-thérapeutique, (il se suicida le 24 juillet 1979) puis explique comment sa pratique diaristique personnelle en fit un écrivain transgressif face aux règles de la culture de l’imprimé et de la littérature moderne.

Edward Stachura’s Diaries : at the limit between life and literature

The article provides an analysis of the life and work of Edward Stachura (1937-1979) through the lens of the transgressive model, close to the “beatnik” model. In the case of Stachura, as with the Beatniks, the transgression occurs simultaneously at several levels : in life, in his writing practices, in the creative process, in literature. In the end, by constantly merging life and writing, Stachura reaches the limits of a literature that exists through a printed form. This is best illustrated in his diaries, at least in their original handwritten version (27 to 28 notebooks). The article analyses several functions of Stachura’s diaries, including their self-help dimension (he committed suicide on July 24, 1979). It then highlights how Stachura transgressed the codes of print culture and modern literature through his manuscript journaling practice.


SAVICKIJ Stanislav

Rozanov et Montaigne : éléments pour une comparaison

L’article s’intéresse aux rapports possibles entre les écrits autobiographiques expérimentaux de Vasilij Rozanov, Esseulement et Feuilles mortes et Les Essais de Michel de Montaigne. C’est la première fois qu’un tel rapprochement est effectué. A l’appui de sa thèse, l’A. cite un extrait de la lettre du philosophe, poète et ami de Rozanov, Vladimir Koževnikov qui, quelques mois après la publication d’Esseulement, a comparé les deux livres. De fait, les similitudes entre les premières pages de ces livres tendraient à prouver que cette comparaison n’est pas arbitraire. L’intérêt de Rozanov pour Les Essais peut s’expliquer par des tentatives infructueuses pour traduire l’œuvre de Montaigne avant la rédaction d’Esseulement. Tout en essayant d’établir les particularités générales des oeuvres de Rozanov et de Montaigne, l’A. analyse plus spécialement les deux motifs que sont la « nudité » existentielle et « l’inconstance totale ».

Rozanov and Montaigne : Comparison elements

The essay focuses on the potential links between Vassily Rozanov’s experimental autobiographical writings (“Solitaria” and “The Fallen Leaves”) and Michel de Montaigne’s “Essays”. This is the first comparison between the works of the Russian and French authors.
To support his thesis, the author quotes a passage from a letter written by Vladimir Kozhevnikov, who was a philosopher, poet and Rozanov’s friend. In this letter written a few months after “Solitaria” was published, Kozhevnikov compares the two books.
Similarities between the first pages of each of the two books tend to prove that their juxtaposition is not arbitrary. Rozanov’s keen interest towards Montaigne’s “Essays” could be motivated by some previously unsuccessful attempt to translate the work, before he wrote “Solitaria”.
The author establishes the general features of Rozanov’s and Montaigne‘s works and then deep dives his analysis on two themes : existential “nakedness” and “total inconstancy”.


SIATKOWSKA-CALLEBAT Kinga

La transgression comme norme ? Relecture(s) d’un texte canonique de la culture polonaise à la fin du XXe et au début du XXIe siècles

L’article propose une lecture de quelques textes de la culture polonaise en interrogeant leurs rapports aux canoniques Aïeux d’Adam Mickiewicz. L’adaptation cinématographique de 1989 de Tadeusz Konwicki, la Lave, semble être un point d’orgue qui marque la fin de la longue durée du paradigme romantique. Il est de même pour le roman de Jerzy Pilch, Liste des femmes adultères (1993), qui s’inscrit dans cette mouvance que je qualifie d’épitaphe. Les auteurs reconnaissent le caractère unique du romantisme et revendiquent le dépassement de cette tradition.
Cependant la société polonaise continue de nourrir l’imaginaire collectif des clichés formés à partir de l’œuvre de Mickiewicz et pour pouvoir poser sa voix individuelle, il faut les combattre. Cette démarche passe par un jeu intertextuel complexe qui caractérise les romans de Michał Witkowski, Lubiewo (2004), Dawid Bieńkowski, Blanc-rouge (2007) ainsi que deux voix au féminin de Sylwia Chutnik, Bambin (2009) et Joanna Bator, l’Île larme (2015).

Transgression as a norm ? New perspective(s) on a Polish cultural canonical text in the late 20th - early 21st century

This article offers an interpretation of selected texts from contemporary Polish culture and explores their relationship with the canon of Polish romantic literature, Adam Mickiewicz’s “Forefathers’ Eve”.
The movie adaptation realized in 1989 by Tadeusz Konwicki, “Lava”, can be seen as the culmination point that marks the end of a long romantic paradigm.
Same goes for Jerzy Pilch’s novel, “List of lovers” (1993), which fits the movement that I would qualify as „Epitaphe”.
Writers, whilst acknowledging the unique nature of the romantic tradition, claim the right to go beyond it. However, Polish society keeps on feeding the collective mind with clichés from Mickiewicz work. To assert a new and unique writer’s voice, those clichés need to be fought. This approach necessitates a complex intertextual game, which characterizes the novels written by Witkowski, “Lubiewo” (2004) and Bieńkowski, “White-Red” (2007). Those are joined by two female authors Sylwia Chutnik, “Diddums” (2009) and Joanna Bator, “The Teardrop Island” (2015).