Nos tutelles

CNRS

Rechercher




Accueil > Publications > Revue des études slaves > Sommaires et résumés > RES 85/3 (2014)

Résumés

par Astrid Mazabraud - publié le , mis à jour le


ALWART Jenny
Université de Leipzig

Taras Shevchenko in Ukrainian Memory Culture

The article is devoted to the Ukrainian national poet Taras Shevchenko (1814-1861) who is still a crucial lieu de mémoire for the country. When regarding contemporary conceptions of Shevchenko, we can see the idea of a Ukrainian society as being divided by competing versions of the past. But what will be the outcome if we go beyond the popular paradigm of „two Ukraines” that is widely discussed in Ukraine as well as in Western European countries ? This article explores identities in Memory Culture not despite differing versions of the past, but because of them. The article argues not to focus only on historical figures, actions and affairs that deepen the conflicts about the past.
If we have a closer look on receptions of Shevchenko today, we can see that multiple differing positions and approaches can also establish unity between the „two Ukraines”.
In fact we can observe the existence of an experimental „third Ukraine”, as previously suggested by the Ukrainian intellectual Mykola Riabchuk. Shevchenko remains a cultural figure for a future manifold, changing Ukrainian Memory Culture.

Taras Ševčenko et la culture mémorielle de l’Ukraine

L’article est consacré au poète national ukrainien Taras Ševčenko (1814-1861) qui est toujours un « lieu de mémoire » (Pierre Nora) essentiel pour le pays. Les différentes conceptions actuelles de Ševčenko font apparaître la société ukrainienne comme divisée entre des versions concurrentes du passé. Que se passe-t-il si l’on dépasse l’idée de « deux Ukraine », ce paradigme populaire aujourd’hui, largement débattu en Ukraine comme en Europe occidentale ? Le texte explore les similitudes dans la culture mémorielle non pas malgré les différentes versions du passé, mais à cause d’elles. Il soutient qu’il ne faut pas mettre l’accent uniquement sur les figures, actions, événements historiques qui accentuent les conflits concernant le passé. Si l’on regarde de plus près la réception actuelle de Ševčenko, on s’aperçoit que la multiplicité des positions et des approches permet également d’établir une unité entre les « deux Ukraine ». En définitive, on constate l’existence d’une troisième Ukraine, expérimentale, comme l’a suggéré l’intellectuel ukrainien Mykola Rjabčuk. Ševčenko est une figure symbolique pour une diversité future, modifiant la culture mémorielle ukrainienne.


BORON´ Aleksandr
Аcadémie nationale des sciences, Kyïv

Charles Dickens and Taras Shevchenko : Meeting Points and Typological Coincidences

The author attempts to find out unmentioned works by Charles Dickens which Shevchenko could have known. Besides Nicholas Nickleby and David Copperfield, it is possible to establish that the Ukrainian writer was familiar with Dombey and Son, Bleak House as well as with The Pickwick Papers and Martin Chuzzlewit. A historical and typological comparison of both writers’prose reveals thematic analogies and similar artistic devices.
From the examined material, we can infer that, to a certain extent, Shevchenko has been inspired by the british novelist’s works, particularly in the elaboration of some minor characters of his short stories. On the one hand the typological similarities disclose that the two writers share a common conception of the world, but on the other hand the limited common elements emphasize Shevchenko’s creative individuality.

Charles Dickens et Taras Ševčenko : points de contacts et correspondances

L’A. essaie d’élargir de façon argumentée le spectre des œuvres de Charles Dickens dont Ševčenko pouvait avoir eu connaissance. Outre Nicholas Nickleby et David Copperfield, il est possible d’établir que l’écrivain ukrainien connaissait Dombey et fils, la Maison d’Âpre-Vent, ainsi que les Aventures de Monsieur Pickwick et Martin Chuzzlewit. Une comparaison historique et typologique de la prose des deux auteurs fait apparaître des analogies thématiques, des procédés artistiques comparables.
Le matériau examiné permet de supposer que Ševčenko a, dans une certaine mesure, tiré profit du travail du romancier anglais, en particulier dans le modelage de certains personnages secondaires de ses nouvelles. D’un côté, les ressemblances typologiques démontrent une certaine proximité de la conception du monde des deux auteurs, d’un autre, le caractère limité de ces éléments communs met en évidence l’individualité créatrice de Ševčenko.


GRABOWICZ George G.
Harvard University

Taras Shevchenko : The Making of the National Poet

Given his iconic function as National Poet, the process of Shevchenko’s actual emergence into this role has not received adequate attention ; for the most part it has been replaced by an implied teleology. In one sense this was true.
With its unprecedented energy, openness to the collective experience, to deeper archetypal symbolism and to a problematization of the poet’s psyche, his poetry was also a form of self-fashioning—which could not but be felt by his readership.
This was reinforced by the major events of his life : the success of his early poetry and his enthusiastic reception in Ukraine, his arrest and exile (1847-1857), and then his triumphal return to St. Petersburg as spokesman and generally acknowledged representative of the nascent national movement and its literature. Arguably, the key moment in imprinting the paradigm of Shevchenko as national martyr and poet were the immediate responses to his death by his friends and fellow members in the Brotherhood of Sts. Cyril and Methodius, Pantelejmon Kulish and Mykola Kostomarov, who couched their grief and their vision in a numinous mode, implicitly articulating an all but religious sense of the poet-as-prophet.

Taras Ševčenko : la fabrication d’un poète national

Pour avoir été largement placé dans une perspective implicitement téléologique, le processus par lequel Taras Ševčenko a acquis son statut de figure iconique nationale n’a pas été examiné avec suffisamment d’attention. Il y a des raisons à cela. Avec son énergie sans précédent, son ouverture à l’expérience collective, à un symbolisme archétypal plus profond, à une problématisation de la psychè du poète, sa poésie est également une forme de façonnement de soi, ce qui ne pouvait pas échapper à ses lecteurs. Tout cela a été renforcé par les événements majeurs de sa vie : le succès de sa poésie des débuts et sa réception enthousiaste en Ukraine, son arrestation et son exil (1847-1857), son retour triomphal à Saint-Pétersbourg en tant que porte-parole et représentant généralement reconnu du mouvement national naissant et de sa littérature. Vraisemblablement, les bases du paradigme faisant de Ševčenko un poète et martyr national ont été posées par ses amis et membres de la Confrérie Cyril et Méthode, Pantelejmon Kuliš et Mykola Kostomarov, qui, juste après sa mort, ont exprimé leur douleur et leur vision de façon déroutante, énonçant im­plicitement un sentiment non religieux du poète-prophète.


KOROPECKY Roman
University of California, Los Angeles

The Self-portraits of Taras Shevchenko : A Typology

Autobiographical self-fashioning lies at the very heart of Taras Shevchenko’s work, both as writer and artist. Nowhere is this more evident than in the dozens of self-portraits Shevchenko created during the course of his entire life in a variety of media and in a variety of configurations. This article constitutes a preliminary attempt to classify this œuvre based on the system introduced by Omar Calabrese in his 2006 study Artists’ Self-portraits. In the process, it also suggests, when relevant, parallels to and connections with Shevchenko’s written work.

Les autoportraits de Taras Ševčenko : une typologie

La représentation de soi se trouve au cœur même de l’œuvre de Taras Ševčenko, écrivain et peintre. Cet élément est particulièrement sensible dans les douzaines d’autoportraits qu’il a peints durant sa vie, utilisant toutes sortes de moyens et de configurations. Cet article est une première tentative pour classer ces créations, en s’appuyant sur le système introduit par Omar Calabrese dans son étude de 2006, Artists’ Self-portraits. En même temps, l’étude indique, lorsque cela est pertinent, les parallèles et les échos que l’on peut établir avec son œuvre écrite.


KOSCHMAL Walter
Université de Regensburg

The Double Narrative of Taras Shevchenko’s life

At first, Taras Shevchenko let others tell his lifestory. Then, he describes it himself, repeatedly. The story of his true self becomes in his prose, in his lyric poems and in his self-portraits, his personal archetype. Once he is freed, his self, born twice, develops and endlessly transforms himself esthetically. His self appears in always renewed hypostasis, for instance as a Russian and Ukrainian writer. Beyond his plurality, his self tries to recover his personal identity and to become integrated in a new, broader family : the Ukrainian one. Ševčenko re-creates his self and Ukraine in his Russian prose but above all in his Ukrainian lyric poetry. Thus the poet goes beyond his dissociative identity disorder and regains his true Self. The traumatic loss of his mother is esthetically compensated by a collective mother embodied by Ukraine. Here, writing is also a self-therapy.

Le double récit de la vie de Taras Ševčenko

Taras Ševčenko laisse d’abord d’autres personnes raconter sa vie. Ensuite, il la raconte lui-même, de façon répétée. L’histoire de son moi devient dans sa prose, dans sa poésie lyrique, dans ses autoportraits son archétype personnel. Son moi, qui naît deux fois, se multiplie et se transforme esthétiquement de façon renouvelée, une fois qu’il est affranchi. Son moi apparaît dans des hypostases toujours nouvelles, par exemple en tant que moi écrivant russe et ukrainien. Au-delà de ses multiplications, son moi cherche à regagner son identité subjective et à s’intégrer comme sujet dans une nouvelle famille plus large, celle des Ukrainiens. Ševčenko se recrée ainsi que l’Ukraine dans sa prose russe, mais avant tout dans sa poésie lyrique ukrainienne. Ainsi le poète dépasse son trouble d’identité dissociatif et se réapproprie un moi cohérent. La perte traumatique de sa mère est compensée, de façon esthétique, par la mère collective qu’est l’Ukraine. Écrire est ici aussi une auto-thérapie.


LORY Bernard
Inalco

The term Pomak (1833-1875)  : About the Free Flow of Words and Ideas between Bulgaria and the Western Countries

Inventing the Pomaks was a century-long process which began in the early 1800’s. For the author, the discovering and the ethnographic description of this group of Bulgarian-speaking Muslims from the Rhodops effectively began with Western observers ; the polemics over the Slavonic Veda in the 1860’s and 1870’s largely contributed to giving the Pomaks a scientific status, after what the Bulgarian national historiography finally integrate them.

Circulation des mots et des idées entre Bulgarie et Occident  : le terme Pomak (1833-1875)

L’«  invention  » des Pomaks, ce groupe de musulmans bulgarophones des Rhodopes, s’est faite progressivement au cours du xixe siècle. L’auteur avance que les observateurs occidentaux ont joué un rôle de premier plan dans la découverte et la description de leurs us et coutumes  ; la polémique du Veda slave dans les années 1860-1870 a largement contribué à projeter les Pomaks sur la scène scientifique, avant que l’historiographie nationale bulgare ne les intègre définitivement.