Nos tutelles

CNRS

Rechercher




Accueil > Publications > Revue des études slaves > Sommaires et résumés > RES 86/3 (2015)

Résumés

par Astrid Mazabraud - publié le

ADDE-VOMÁČKA Éloïse
Université du Luxembourg

Slavonic Liturgy in Bohemia Before Charles IV : Continuance or Renewal ?

This article intends to put into question the disappearance of the Slavonic culture from the interdiction of the Slavonic liturgy which was followed by the expulsion of the monks from Sázava monastery (1096) to the reintroduction of the rite in 1347. On the request of Rastislav of Moravia (846-862), the monks Cyril and Methodius were sent by the Byzantine Emperor Michael III to Velehrad to perfect the Christianization of the country. As the king of a vast empire, Rostislav wanted to escape this German influence, which is why he turned to Byzantium. Cyril and Methodius came from Solon and had a perfect knowledge of Old Slavonic. They managed to create a new liturgy and a new clergy capable of supporting the Moravian State in its political aspirations. Banned in 885 by Pope Stephen V, the Slavonic liturgy was maintained in Bohemia while the duchy had regained its independence (early 10th century), only to be banned in 1096. Through the analysis of a set of sources, our intention is to probe the possible survival of traces of the Slavonic culture between 1096 and 1347.

La liturgie slavonne en Bohême avant Charles IV, permanence ou renouveau ?

Cet article se propose de revenir sur la question de la liturgie slavonne entre la date de l’expulsion des moines slavons du duché de Bohême (1096) et le renouveau du rite à partir du règne de Charles IV (1346-1378), désireux de donner corps à ses prétentions œcuméniques et slavophiles. C’est à la demande de Rastislav (846-862), le roi de la Grande-Moravie, que les moines Cyrille et Méthode avaient été envoyés par l’empereur byzantin Michel III à Velehrad afin de parfaire la christianisation du pays. Ambitieux, placé à la tête d’un vaste empire, Rastislav voulait échapper à cette domination, raison pour laquelle il se retourna vers Byzance. Originaires de Solon, Cyrille et Méthode avaient une parfaite connaissance du vieux slave et parvinrent à créer une nouvelle liturgie et un nouveau clergé capables de soutenir l’État morave. Interdite dès 885 par le pape Étienne V, la liturgie slavonne se maintint en Bohême alors que le duché avait retrouvé son indépendance (début du xe siècle), pour être finalement interdite en 1096. À travers l’analyse d’un ensemble de sources, notre intention est de sonder les possibles traces d’une survivance de la culture slavonne entre 1096 et 1347.


BORDERIOUX Xénia
ITEM

The French Press as a Mirror of ‘Russian Fashions’ in Paris

For a Parisian living in the 1780s, the image of Catherine the Great is closely related to fashion. Periodicals promote the Empress’ image and emphasize Russian influence on the French wardrobe. The famous ‘Cabinet des modes’ advertises models ‘à la Czarine’ and ‘à la Moscovite’, and highlights at the same time Catherine’s abhorrence of luxury and her obsession with creating ideal costumes for herself, her court and her family. The magazine also underlines her ‘military’ style. Interest in ‘all things Russian’ peaked in 1782, when the Crown Prince and his wife stayed in Paris for a month (under the name of Count and Countess Severny, ‘of the North’). The article deals with the presents they offered and the items they bought.

La presse française, miroir des « modes russes » à Paris

Dans les années 1780, l’impératrice Catherine II cultive son image d’Impératrice sensible à sa manière aux questions de goût et d’élégance. Incarnée par sa souveraine, alors très populaire, la Russie influence la garde-robe française. Si le célèbre Cabinet des modes propose les modèles à la Czarine et à la moscovite, l’hostilité au luxe de Catherine II n’échappe pas non plus aux journalistes. L’analyse des modes françaises qui font allusion à la Russie met en évidence leur esprit militaire pour la plupart. Catherine II ne cesse pas de souligner cet aspect dans ses propres habits et les directives adressées à ses sujets et à son entourage. En 1782, l’héritier du trône Paul Petrovič, accompagné de son épouse Maria Fedorovna séjourne à Paris sous le nom de comte et comtesse du Nord ; une attention particulière est accordée aux cadeaux apportés en France (tel le costume enfantin créé par Catherine II) et à ceux emportés en Russie (des achats chez Rose Bertin, la marchande de modes de la reine). Le comte du Nord et son épouse contribuent à l’image distinguée de la maison impériale russe.


FEUILLEBOIS Victoire
Université François-Rabelais, Tours

The Artist Short Story of the Romantic Era as Seen by the Press : The Example of ‘The Painter’ [Живописец, 1839] by Vladimir Fedorovič Odoevskij

This paper offers an analysis of the ‘artist story’ ‘The Painter’, written by the Romantic Vladimir Odoevskij in 1839 : this short story is usually interpreted as are all the genre of the Romantic and post-Romantic ‘artist stories’ and considered as a demonstration that it is impossible to realize superior artistic values in the ordinary world. This paper applies to Odoevskij’s short story a new way of reading such well-known texts, using the frame constructed in collaboration between social sciences and literary criticism in the studies of other European literature : such a method suggests that for many years the interpretation of theses texts has proceeded from the material support on which these works were read by the modern public, but that returning to the original conditions of publication helps reading them anew. In this perspective, it becomes possible to consider the ‘artist story’ composed by Odoevskij, not as a form of disillusion towards Romantic ideals, but as the only way to perpetuate them and make them public.

La « nouvelle artistique » de l’époque romantique au miroir de la presse : l’exemple du «  Peintre »[Живописец, 1839] de Vladimir Fedorovič Odoevskij

Cet article propose une analyse de la « nouvelle artistique » « Le Peintre », écrite par l’écrivain romantique Vladimir Odoevskij en 1839 et traditionnellement interprétée, à l’instar de l’ensemble du corpus des « nouvelles artistiques » romantiques et postromantiques, comme une démonstration qu’il est impossible de réaliser des valeurs artistiques supérieures dans le monde ordinaire. L’article propose de relire à nouveaux frais ce texte typique, en utilisant une grille de lecture élaborée au croisement des sciences sociales et de la critique littéraire dans l’étude d’autres littératures européennes : cette méthode suggère que l’interprétation de tels textes a été longtemps conditionnée par le support sur lequel ces œuvres parvenaient au lecteur, mais qu’un retour au contexte originel de publication permet de les considérer d’une manière nouvelle. Dans cette perspective, il devient ainsi possible de lire la « nouvelle artistique » composée par Odoevskij, non comme une forme de désillusion envers les idéaux romantiques, mais comme la seule manière de les maintenir et de les diffuser.


GADJEVA Snejana
Inalco, Paris

Norm and Uses of Demonstratives in Bulgarian

The system of demonstratives in the modern Bulgarian language has undergone important transformations compared to its status in the Old Bulgarian language. The main change consists in the evolution from a three-stem based system to a two-stem based one. In order to examine the uses of the demonstratives, we start by offering a brief description of the modern Bulgarian deictic system. Then we comment on the normative descriptions concerning the semantics the demonstratives for persons and objects. We also analyse some other meanings demonstrated by their usages in contemporary language which are left outside the standard norm described in the Bulgarian grammars. Finally, we give a conclusion about the type of deictic system that can be defined based on distance in space and time to which the point of view of the speaker can be added.

Norme et usages des démonstratifs en bulgare

Le système des démonstratifs en bulgare moderne a connu des transformations importantes par rapport à ce qu’il était en vieux bulgare. Le changement principal concerne le passage d’un système de trois à deux thèmes. Afin d’examiner les usages des démonstratifs, nous commençons par une brève description du système déictique en bulgare contemporain. Nous proposons ensuite un commentaire des descriptions normatives concernant les démonstratifs de personnes et d’objets. Nous analysons également certaines autres significations sur la base de leur usage en bulgare contemporain qui n’est pas pris en compte par la norme décrite dans les grammaires bulgares. Nous concluons sur les types de système déictique qui peut être défini à partir des critères de distance dans l’espace et le temps, auquel peut être ajouté le point de vue du locuteur.


POZSGAI István
Université de Hongrie occidentale, Szombathely
TÓTH Imre H.
Université de Szeged

Front Jers in the Pandects of Antiochus Monachus

The aim of this work is to examine exhaustively the part with only front jers of the Pandects of Antiochus Monachus, a manuscript which was copied in Old Russian language area during the 11th century from Old Slavic original. The authors study the graphics, spellings, phonetics and morphology of the examined part of the manuscript. They also attempt to determine the stage of the russification of the language of the text in question during the copying.

Le fragment à jer unique dans les Pandectes du moine Antiochus

Cet article examine de façon exhaustive le fragment à jer unique des Pandectes du moine Antiochus, un manuscrit copié dans la zone vieux-russe au xie siècle à partir d’un original en vieux slave. Les auteurs analysent la graphie, l’orthographe, la phonétique et la morphologie du fragment concerné. Ils essaient de déterminer le degré de russification subi par la langue du texte au moment de la copie.


TRUEL Myriam
Université Charles-de-Gaulle – Lille 3, CECILLE (EA 4074)

Victor Hugo : A Popular Writer ? Victor Hugo in the Peoples’ Literature in Russia (1880s-1910s)

This article focuses on how the works of Victor Hugo were introduced into the peoples’ literature in Russia from the 1880s to the 1910s. Victor Hugo made his way in this literature mainly through educational publishing projects. Yet a lubok publisher also edited two adaptations of his novels. The schools’ and public libraries’ growing demand for low-price books boosted the publication of his works in the literature for the people. Indeed, on the one hand, Hugo’s novels have a lot in common with adventure fiction, which makes them attractive ; on the other hand, they promote Christian values, which pleases both pedagogues and authorities. The first adaptations emphasize only one or the other of these aspects, but latter texts try to be both attractive and educational.

Victor Hugo, un écrivain populaire ? Victor Hugo dans la littérature destinée au peuple en Russie (années 1880-1910)

Cet article se propose d’étudier les mécanismes d’apparition d’œuvres de Victor Hugo dans la littérature destinée au peuple en Russie des années 1880 aux années 1910. Victor Hugo entre dans la littérature populaire russe principalement par le biais de projets éditoriaux à but pédagogique, même si un éditeur de lubok publie deux adaptations de ses romans ; sa présence se consolide avec les besoins grandissants en livres bon marché pour les écoles et les bibliothèques publiques. En effet, les romans de Hugo allient une proximité avec le roman d’aventure qui les rend attrayants, et des valeurs chrétiennes appréciées par les pédagogues et les autorités. Les premières adaptations mettent l’accent sur l’un ou l’autre aspect, puis on voit apparaître des textes qui tentent de concilier attractivité et souci pédagogique.