Nos tutelles

CNRS

Rechercher




Accueil > Recherche > Archives des événements extérieurs 2016

Circulation et transformations des collections à l’épreuve des conflits et des guerres (XIXe-XXe s.)
Autour des cas russe et français
Paris, 2 mars 2016

par Astrid Mazabraud - publié le , mis à jour le



Journée d’étude internationale organisée avec le soutien du laboratoire ICT, Université Paris Diderot.

Institut d’études avancées de Paris
Hôtel de Lauzun
17 quai d’Anjou
75004 Paris

- Renseignements information@paris-iea.fr

Langues : Français / Anglais

Présentation

Cette journée d’étude sera centrée autour d’une réflexion collective sur « La violence et la transformation du Patrimoine ». Elle souhaite faire dialoguer l’histoire des sciences humaines, l’histoire des pratiques d’exploration, d’expéditions et des voyages et l’histoire des musées, autour des cas russe et français.

Les interventions s’attacheront à comprendre comment les processus de patrimonialisation peuvent prendre place dans des contextes historiques conflictuels et mémoriels particuliers.

Comment les contextes de violence changent-ils les méthodes de collecte et de conservation des objets, quel est l’impact des bouleversements les plus marquants sur le contenu des collections, comment sont-elles préservées, enrichies ou à l’inverse dispersées ? Nous nous interrogerons d’une part, sur les modes et les problèmes de constitution des collections par les musées, les bibliothèques, les collectionneurs privés, etc. pendant les crises ou les conflits politiques ou militaires, d’autre part sur la méthodologie de la recherche développée en vue de leur étude.

On se posera, d’un côté, la question des changements intervenus dans les méthodes de collectes et de conservation dans ces contextes de violence et de déstabilisation des institutions muséales. D’un autre côté, qu’en a-t-il été de la diplomatie dans ces conditions politique d’exception (occupations, pillages, conquêtes) mais aussi des conséquences sur les destins individuels des collectionneurs et des scientifiques présents sur le terrain ?

Journée d’étude internationale organisée avec le soutien du laboratoire ICT, Université Paris Diderot.

Langues : Français / Anglais
Présentation

Cette journée d’étude sera centrée autour d’une réflexion collective sur « La violence et la transformation du Patrimoine ». Elle souhaite faire dialoguer l’histoire des sciences humaines, l’histoire des pratiques d’exploration, d’expéditions et des voyages et l’histoire des musées, autour des cas russe et français.

Les interventions s’attacheront à comprendre comment les processus de patrimonialisation peuvent prendre place dans des contextes historiques conflictuels et mémoriels particuliers.

Comment les contextes de violence changent-ils les méthodes de collecte et de conservation des objets, quel est l’impact des bouleversements les plus marquants sur le contenu des collections, comment sont-elles préservées, enrichies ou à l’inverse dispersées ? Nous nous interrogerons d’une part, sur les modes et les problèmes de constitution des collections par les musées, les bibliothèques, les collectionneurs privés, etc. pendant les crises ou les conflits politiques ou militaires, d’autre part sur la méthodologie de la recherche développée en vue de leur étude.

On se posera, d’un côté, la question des changements intervenus dans les méthodes de collectes et de conservation dans ces contextes de violence et de déstabilisation des institutions muséales. D’un autre côté, qu’en a-t-il été de la diplomatie dans ces conditions politique d’exception (occupations, pillages, conquêtes) mais aussi des conséquences sur les destins individuels des collectionneurs et des scientifiques présents sur le terrain ?

- 1re séance présidée par Sophie Cœuré

Introduction

Sophie CŒURÉ, professeur en histoire contemporaine à l’Université Paris VII et membre titulaire du laboratoire ICT, chercheuse associée au Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen (CNRS-EHESS), vice-présidente de l’Institut d’études slaves.

« La conquête de l’Asie centrale par la Russie : collecter en temps de guerre »
Svetlana GORSHENINA, historienne, chercheuse à l’Université de Lausanne (FNS), Institut d’archéologie et des sciences de l’Antiquité.

« La collection de manuscrits de Gilbert Romme à la veille et après la Revolution de 1917 »
Alexander TCHOUDINOV, historien, professeur à l’Institut de l’histoire universelle (Moscou), directeur de la publication de l’Annuaire d’études françaises.

« Hot on the trail of the events - The collectors of the Red Army Museum at the front of the Great Patriotic War »
Anne HASSELMANN, historienne, doctorante l’Université de Bâle.

« “Les pierres hurlent” : la collection de Aleksei Denissov Ouralski “Les Etats belligérants : allégories de la guerre” (1914-1916) »
Olga PORSHNEVA, historienne, professeur à l’Université fédérale de l’Oural (Institut des Sciences Humaines et Arts).

- 2e séance présidée par Armelle Le Goff

Introduction
Armelle LE GOFF, conservateur général du patrimoine au Ministère de la Culture et de la Communication, membre titulaire du CTHS.

« Les collections de Champagne entre 1870 et 1914, celle du baron J. de Baye et quelques autres exemples de pillages au profit de l’Allemagne »
Jean-Jacques CHARPY, Conservateur en chef honoraire du Patrimoine (AOROC, UMR 8546 CNRS Etudes celtiques -ENS).

« L’histoire d’une collection visuelle : les témoignages de la Russie sovietique réunis par J. de Baye pour la Bibliothèque et le Musée de la Guerre »
Olga DANILOVA, historienne, résidente de IEA de Paris.

Voir en ligne : Institut d’études avancées de Paris