Nos tutelles

CNRS

Rechercher




Accueil > Recherche > Archives des événements extérieurs 2016

Séminaire commun Révolutions et contre-révolutions politiques, esthétiques, culturelles en Europe orientale, centrale et balkanique
Prochaine séance : jeudi 25 février 2016

par Astrid Mazabraud - publié le

Maison de la Recherche
28, rue Serpente, 75006, salle D 040de 17h30 à 19h30

Invitée : Tatjana Aleksić (université du Michigan).
Séance animée par Philipe Gelez
Présentation The Sacrificed Body. Balkan Community Building and the Fear of Freedom Pittsburgh, University of Pittsburgh Press, 2013

En réponse à l’instabilité latente des régions qu’ils habitent, tant du point de vue politique et économique que social, en carence d’État fort, les peuples des Balkans ont construit des communautés psychologiques et matérielles pour survivre. Leurs structures se fondent souvent sur l’idée du sacrifice individuel pour le bien de l’ensemble. Beaucoup de communautés, cependant, sont récupérées par des idéologies restrictives, qui les transforment en modèles d’intolérance et d’exclusion.

Une étude de la métaphore sacrificielle, très répandue dans les cultures balkaniques, révèle son rôle capital pour fonder les idéologies communautaires, et rend compte de phénomènes comme le nettoyage ethnique, le viol et le meurtre au nom de l’homogénéité et de l’identité collective. Cette métaphore prend source dans le trope de l’emmurement : des architectes masculins, sur le point d’élever un édifice d’importance, et au nom d’un pouvoir supérieur, procède au sacrifice propitiatoire d’un corps féminin, emmuré vivant dans les fondations de la structure. Ainsi est sauvegardée la communauté patriarcale dans son ensemble.
Le thème du sacrifice est également lié à l’exclusion basée sur le genre, la race, la classe, la sexualité, la religion ou la politique pour le salut de la communauté. Les récits de sacrifice deviennent plus soulignés durant les époques de crise apportée par les guerres, les gouvernements faibles, les menaces extérieures, ou encore les tendances globalisantes.

- Le séminaire sera en anglais.

Tatjana Aleksić est maître de conférences de Littérature balkanique et comparée à l’Université du Michigan, où elle enseigne l’histoire de la littérature et du cinéma autour de thèmes comme le nationalisme, le genre, la sexualité ou encore les vampires. Elle est l’auteur de The Sacrificed Body. Balkan Community Building and the Fear of Freedom (University of Pittsburgh Press, 2013) et a édité les volumes de Mythistory and Narratives of Nation in the Balkans (Cambridge Scholars, 2007). Elle va bientôt publier, avec Aleksandar Bošković, un ouvrage sur les medias non gouvernementaux durant les guerres yougoslaves des années 1990.