Nos tutelles

CNRS

Rechercher




Accueil > Recherche > Archives Orbem 2017

Séminaire commun - Séance du 12 octobre 2017, 17h30-19h30

par Astrid Mazabraud - publié le , mis à jour le

Séminaire commun - Séance du 12 octobre 2017, 17h30-19h30

Xavier Galmiche et Paweł Rodak

« 1918 : La guerre est finie ? », un programme de recherches

- Paweł Rodak (directeur du Centre de civilisation polonaise, professeur associé à l’UFR d’Études slaves/membre associé d’Eur’ORBEM).

1/ Nouveaux regards sur l’expérience de la Première Guerre mondiale : présentation commentée de la bibliographie polonaise récente (Andrzej Chwalba Samobójstwo Europy. Wielka Wojna 1914-1918 [Le suicide de l’Europe. La Grande guerre 1914-1918] (2014) ; Włodzimierz Borodziej, Maciej Górny, Nasza wojna, vol. 1. Imperia 1912-1916 [Notre guerre, vol.I, Empires 1912-1916] (2014) ; Katarzyna Sierakowska, Śmierć, wygnanie, głód w dokumentach osobistych. Ziemie polskie w latach Wielkiej Wojny 1914-1918 [La mort, l’exil, la faim dans les documents personnels. Les terres polonaises durant la Grande guerre 1914-1918] (2015).

2/ Les documents personnels comme source de recherches sur les émotions et la question nationale, pendant la Première Guerre mondiale et durant l’après-guerre (1914-1919). À partir de l’exemple du journal de Zofia Nalkowska, romancière et dramaturge polonaise (1884-1954). Pour Nalkowska, la Première Guerre mondiale constitue d’abord une forte expérience sensorielle, la guerre dévoile en même temps la réalité de la vie, et sa cruauté. La guerre est le moment d’une manifestation de comportements collectifs. Le journal de Nalkowska révèle une contradiction des attitudes patriotiques : pour elle, le patriotisme constitue une identification avec la communauté nationale et, en même temps, il signifie la perte de l’individualité.

- Xavier Galmiche (UFR d’Études slaves – Etudes centre-européennes, directeur de l’UMR Eur’ORBEM).
Entre euphorie et désarroi. Incertitudes du début de l’après-guerre – dans les documents d’historiens et de témoins francophones.
Présentation du programme : La guerre est finie ? Production écrite de et sur 1918 en Europe centrale.
Le but du programme est de dévoiler et analyser des documents méconnus ou inédits reflétant l’histoire des affects à la fin de la Première Guerre mondiale, dans les pays de l’Europe centrale (joie, euphorie, soulagement, troubles, embarras, perplexité, inquiétude, ébranlement, désespoir). Cette présentation a aussi pour but de convier les chercheurs à se joindre à ce programme, conçu à travers différentes publications, colloques et journées d’études programmés tout au long de l’année 2018.