Nos tutelles

CNRS

Rechercher




Accueil > Recherche > Archives Orbem > 2017

Séminaire commun – Séance du 7 décembre 2017, 17h30-19h30

par Astrid Mazabraud - publié le , mis à jour le

Séminaire commun – Séance du 7 décembre 2017, 17h30-19h30

Politiques et évolutions de la langue russe (XXe - XXIe siècles)


- Sylvie Archaimbault (CNRS, Eur’Orbem)
La législation linguistique comme voix d’expression d’une politique linguistique en Russie

Depuis les années 2000, après une période de liberté d’expression et de publication, le Parlement russe s’est attaché à limiter les effets d’une libéralisation jugée excessive sur la langue. Plusieurs lois ont été adoptées en Russie, relatives au statut de la langue russe et aux emplois de celle-ci, dans la sphère administrative et dans la sphère publique.
Après un bref retour sur l’histoire de la législation linguistique en Russie, nous nous concentrerons sur deux lois récentes : la loi n°53-FZ relative au statut de la langue russe, comme langue officielle de la Fédération de Russie, promulguée le 1er juin 2005 et celle du 5 mai 2014 (N° 101-FZ), modifiant celle de 2005, qui limite l’emploi de vocables et expressions « ne correspondant pas aux normes de la langue russe normée contemporaine », visant tout particulièrement sous cette expression aussi bien les emprunts de mots étrangers que les mots et expressions grossiers, injurieux ou obscènes. On se souvient des nombreuses protestations que cette loi a suscitées, notamment dans les milieux audiovisuels, du cinéma et du théâtre ; elle est couramment qualifiée de « loi anti-obscénités », ou « anti-mat ». Nous nous proposons d’examiner le texte et l’esprit de ces deux lois, ainsi que la pénalisation des infractions, avec son système de contraventions et de peines d’emprisonnement.

- Svetlana Seville (Univ. Bordeaux-Montaigne, Eur’Orbem)
Dynamique de la Révolution d’octobre 1917 dans l’évolution de la langue russe au cours du XXe siècle.
Une langue vivante est sujette à des modifications permanentes, qui sont d’autant plus notables lorsqu’elles sont accompagnées d’importants changements dans la vie politique et sociale du pays de la langue concernée. Le russe n’y fait pas exception, et de nombreuses études ont été consacrées aux éléments nouveaux apparus aussi bien pendant la période soviétique qu’après la dissolution de l’URSS en 1991. Cependant, cela ne permet pas de percevoir l’impact global sur la langue d’aujourd’hui des 70 ans d’histoire soviétique. C’est pourquoi il semble intéressant de tourner la question différemment et de jeter un regard rétrospectif sur le passé soviétique de la langue russe, mettant en lumière des phénomènes de différents niveaux de la langue inconnus ou peu répandus avant 1917 et maintenus en russe contemporain, qui constituent ainsi l’héritage acquis pendant l’époque soviétique.
_ Quels que soient les niveaux de la langue concernés, leur évolution reflète les mêmes tendances, conditionnées à la fois par une logique de continuité évolutive propre au russe, et par les faits extralinguistiques, intervenus dans l’histoire de la langue pendant la période soviétique. Ces tendances pourraient être définies de la manière suivante :
1. Influence de la langue écrite sur la langue orale 
2. Une démocratisation de la langue normalisée.
3. Une simplification issue de l’économie des moyens d’expression

Eur’ORBEM
Salle de conférences
9 rue Michelet
75006 Paris