Nos tutelles

CNRS

Rechercher




Accueil > Publications > Revue des études slaves > Sommaires et résumés > RES 89/4 (2018)

Résumés

par Astrid Mazabraud - publié le

BBIDAUD Samuel

Mystification et illusion dans les nouvelles de Zdenĕk Svĕrák

Nous nous penchons dans cet article sur la dé formation de la réalité dans les nouvelles de Zdeněk Svěrák, qui n’ont été que très peu étudiées jusqu’à maintenant. La déformation de la réalité, qui passe notamment par la mystification et l’illusion, constitue en effet l’un des ressorts profonds des textes de Svěrák, où elle revêt différents aspects. Deux thèmes retiennent notamment notre attention dans cette perspective : le mensonge, qui va du mensonge classique à la mythomanie en passant par la falsification et le mensonge moral, et le double, entendu aussi bien à un niveau physique qu’à un niveau plus métaphorique, où les personnages mènent une « double vie ». Nous sommes ainsi amené à ré- fléchir à l’opposition mystification vs. vérité et singularité vs. multiple dans les nouvelles de Svěrák.

Mystification and Illusion in Zdeněk Svěrák’s Short Stories

This article focuses on the deformation of reality in Zdeněk Svěrák’s short stories, which have been so far little studied. The deformation of reality, which includes mystification as well as illusion, is indeed an essential element in Svěrák’s texts, where it takes on various aspects. Two themes are of main interest from this point of view : the lie, from the classic lie and the mythomania to the falsification and the moral lie, and the double, in its physical but also metaphorical sense of ‘double life’. We are thus led to reflect on the opposition mystification vs. truth and uniqueness vs. multiple in Svěrák’s short stories.


COSOVSCHI Agustín

Entre l’homme et le système : la sociologie yougoslave des années libérales jusqu’au retour de la censure

L’article analyse le développement de la sociologie yougoslave qui va de la fin des années 1950 jusqu’au début des années 1970. Dans l’intention d’offrir une introduction aux relations entre sociologie et pouvoir dans la Yougoslavie des années 1960, autant que de montrer plus généralement les transformations du système yougoslave durant cette période, le travail examine les évolutions de la sociologie dans les années 1960, en donnant aussi quelques pistes de réflexion sur le parcours de cette discipline après le tournant répressif entamé par la Ligue des communistes de Yougoslavie à partir des années 1970. Pour cela, le travail se sert notamment de la production intellectuelle et scientifique de l’époque, des sources des Archives yougoslaves à Belgrade et d’un ensemble de plus de 40 entretiens menés avec des chercheurs en Serbie et en Croatie entre 2015 et 2017.

Between the Man and the System. Yugoslav Sociology from the Liberal Years to the Return of Censorship

The article analyzes the development of Yugos- lav sociology from the late 1950s until the early 1970s. With the aim of providing an outline of relations between sociology and political power in Yugoslavia during the 1960s, as well as to give a wider picture of the transformations undergone by the Yugoslav system at the time, the article examines the changes taking place in local sociology during the 1960s and it offers some reflections about the discipline’s response to the repressive turn taken by the League of Communists of Yugoslavia in the early 1970s. The analysis draws on the intellectual and scientific production of the time, on sources from the Archive of Yugoslavia in Belgrade and on more than 40 interviews carried out with researchers in Serbia and in Croatia between 2015 and 2017.


GATTI Luigi

The 1970’s in Yugoslavia : the Culmination of the Doctrinal Antinomy

In Yugoslavia, since 1950, the communist doc- trine diverts from its Marxist-Leninist origin. The regime ideologists introduce principles of self-management in direct opposition with Leninism. Until the 1970’s, the political lea- ders, in their speech, try to preserve a balance between Leninism and self-government. Afterwards, the influence of Leninism in the doc- trine is radicaly reduced by a series of consti- tutional amendments based on the self-government principles. The Yugoslavian communist speech reverse the Leninist notion of power and break the Leninist social body down but without strictly leaving the original doctrine. The consequences of these contradictions in the 1970’s bring step by step the regime to its collapse. Because of too much contradictions in their theoretical basis the power and the social group broke up in 1991.

Les années 1970, point d’orgue de la tension doctrinale en Yougoslavie

En Yougoslavie, la doctrine communiste s’éloigne de sa source initiale marxiste-léniniste à partir de 1950. Les idéologues introduisent des principes autogestionnaires parfaitement antithétiques. Le discours des dirigeants main- tient un équilibre relatif entre les principes lé- ninistes et autogestionnaires jusque dans les années 1970. Là, une succession de révisions constitutionnelles fondées sur les principes au- togestionnaires réduisent radicalement l’in- fluence du léninisme dans la doctrine. Le dis- cours communiste yougoslave renverse la conception léniniste du pouvoir et décompose le corps social défini par le léninisme mais sans abandonner totalement la doctrine originelle. Les conséquences de ces tensions, dont le point d’orgue est atteint dans les années 1970, en- traînent progressivement le régime vers sa chute. Trop contradictoires dans leur fondement théorique et dans leur réalité pratique, le pou- voir et le groupe social se disloquent en 1991.


LUTARD Catherine

Past, Memory and Lustration : Law in the Imbroglio Yugoslavian Complex

The lustration process is linked to the transition process in communist countries, in which the concern of remembrance is found. Law has been invoked to solve non-juridical questions such as evaluation of communism (moral jud- gement). Unlike other European ex-communists countries, former Yugoslavia is atypical because the new countries have had to face not only the end of communism but also the exit from wars. This article examines the issues rai- sed by the process of lustration.

Passé, mémoire et lustration : le complexe imbroglio yougoslave

La procédure de lustration appartient au processus de transition des pays communistes et le travail de mémoire en constitue une préoccupation prépondérante. Le droit a pu être invoqué pour régler des questions qui ne sont pas de son ressort comme l’appréciation du communisme (jugement moral). Contrairement aux autres pays européens anciennement communistes, l’ex-Yougoslavie est atypique car les nouveaux pays ont dû faire face non seulement à la sortie du communisme mais aussi à la sortie des guerres. L’article interroge les enjeux posés par le processus de lustration.


MARKOVIC Sacha

The Yugoslav Revolutionary Intellectuals between the two World Wars

The first crisis between the Yugoslav Communist Party and the left intellectuals breaks out in the thirties. The Party ideologists have helped themselves to theoretical and aesthetical debates, violating the freedom of creation. However, YCP is not in power and can not exercice a state constraint on intellectuals. During this bolshevization of the Party, a part of the left has given YCP the intellectual magister up in the field of creation.
On the contrary, the review Pečat threatens politicians’ primacy. That’s the reason why the Party intensifies its attacks from may 1939. This war against the Krleža’s and Ristić’s review must be settled in the antitrotskist fight in Yugoslavia. Between the end of 1939 and the begin- ning of 1940, all these editors withdraw from the political stage and carry on with their intellectual activities underground.

Les intellectuels révolutionnaires yougoslaves de l’entre-deux-guerres

Les années trente sont le théâtre de la première crise du couple PCY-intellectuels de gauche. Les idéologues du Parti ont fait main basse sur les débats théoriques et esthétiques, violant ainsi la liberté de création. Toutefois, le PCY ne peut exercer qu’une pression morale, en attendant la contrainte étatique après 1945. À la faveur de cette bolchévisation du PCY, une partie de la gauche a cédé au Parti le rôle de « directeur de conscience » dans le champ de la création.
À l’inverse, la revue Pečat menace le primat des politiques. C’est la raison pour laquelle les organes du Parti intensifient leurs attaques à partir de mai 1939. Cette guerre contre la revue de Krleža et Ristić s’inscrit dans le cadre de la lutte contre le trotskisme en Yougoslavie. Entre la fin 1939 et le début de 1940, ses rédacteurs se retirent de la scène politique pour continuer leurs activités intellectuelles dans la clandestinité.


СВЕТЛИКОВА Илона

Orphism in the Circle of Musagetes

Orphism was highly popular both among the artists and scholars at the turn of the nineteenth century. Recent research on the history of scho- larhip on orphism has demonstrated that in the case of historians and philologists this popula- rity owed much to the contemporaneous dis- cussions concerning the relationship of the church and the state which rised questions bea- ring on the roots of Christianity.
In our article we consider ideas of the participants of the Moscow editing house Musaget publishing a special mystical series ‘Orpheus’. Because of the fact that scholars studying classical philo- logy were among them makes one looks for a correspondence between the scholarly and artistic treatment of orphism. The emphasis on the liberating nature of orphism, which one finds in the writings of Andrey Belyj, is cha- racteristic for a general tendency to oppose the teaching of orphics and the state religion.

L’orphisme et les éditions du Musagète

En Russie, au tournant du dix-neuvième siècle, l’orphisme était très en vogue parmi les artistes et les écrivains aussi bien que parmi les historiens de la culture grecque et les philologues classiques. Les recherches récentes consacrées à l’orphisme montrent que, dans le cas des his- toriens et des philologues, cet attrait était lié aux débats concernant les relations entre l’Église et l’État. Un problème particulièrement important dans ce contexte était celui des origines historiques du christianisme.
L’article est consacré aux idées des participants de la maison d’édition de Moscou, Musagète qui publiait une série mystique intitulée « Orpheus ». La collaboration des philologues classiques avec ces éditions montre une corres- pondance entre traitement historique et philo- logique de l’orphisme. L’accent mis sur la nature libératrice de l’orphisme que l’on trouve chez Andrej Belyj est caractéristique des tendances, opposant orphisme et religion d’État.


VUKADINOVIC Nebojsa

Art and Politics in Former Yugoslavia : 1980- 1990

The article is devoted to the relations between art and politics in the last decade of Yugoslavia. It analyses the passage from ‘socialist modernism’ to postmodernism in the visual arts and the changes it causes in the way of conceiving artistic engagement in a political system in cri- sis. At first, the article analyses relations between art and politics.
Then it analyses how artists used the political dimension in their work before the disintegration of the former Yugoslavia and the political consequences of their attitudes. Finally, how the political power implemented cultural policies for the promo- tion of a Yugoslav art.

Art et politique dans l’espace yougoslave : 1980-1990

L’article est consacré aux relations entre art et politique dans la dernière décennie de la You- goslavie. Il analyse le passage du « moder- nisme socialiste » au postmodernisme dans les arts visuels et les mutations qu’il occasionne dans la façon de concevoir l’engagement artis- tique dans un système politique en crise. Dans un premier temps, il s’agit de comprendre les relations entre art et politique. Puis dans un second temps comment les artistes ont utilisé la dimension politique dans leur travail avant la désintégration de l’ex-Yougoslavie et quelle en a été la portée politique. Enfin, comment le pouvoir politique a mis en œuvre des politiques culturelles pour la promotion d’un art yougoslave.